Koth

La reine des voies commerciales terrestres​

​Koth est l’un des plus anciens royaumes Hyboréens, une vaste plaine au nord de Shem, bordant la Corinthie et Ophir. Khorshemish est la capitale de Koth. Les Kothiens ont généralement une peau mate ou foncée. Dirigée par des princes et des barons guerriers, la culture kothienne est un étrange mélange de concepts shémites, stygiens, achéroniens et hyboréens. Actuellement Koth est vassale de l’Aquilonie.​​

L’allégeance

​Bien que n’étant pas aussi intensément féodale que l’Aquilonie ou la Némédie, Koth se maintient au travers d’un système de loyauté et d’allégeance. Le serment d’allégeance kothien consiste dans le fait d’apporter des vêtements pour femmes et une flèche à la cérémonie.​​ Ceux qui font allégeance brisent la flèche et jurent que leurs propres armes seront brisées si leur vœu était rompu. Ensuite, les vêtements sont montrés et ceux qui acceptent le serment d’allégeance promettent que s’ils le trahissaient, ils travailleraient toujours aux tâches des femmes. Ces serments sont considérés comme personnels et ne sont pas transférables, ce qui signifie que si l’une des parties meurt, le serment doit être renouvelé par les héritiers de celle-ci pour être considéré valide.​​

L’habillage kothien

​Les habitants des villes kothiennes s’habillent bien, portant souvent des tabliers, différents suivant leur fonction, par dessus leurs vêtements.​ Les femmes portent des robes et des vêtements brodés et colorés.​​

Les nobles Kothiens à la peau mate portent des pantalons de velours et des chemises en soie de fabrication étrangère, des robes brodées de couleurs vives et des armures en relief aux motifs artistiques. Ils arborent des moustaches en pointes ainsi que des cheveux parfumés et frisés.​​

Rôle des genres en Koth

​Les femmes s’occupent principalement de la cuisine et de l’éducation tandis que les hommes s’occupent des animaux.​

Les hommes et les femmes d’une même classe sont traités équitablement. Les femmes ont tendance à s’exprimer librement à Koth auprès de leurs pairs.​​

Statut social

​Koth est essentiellement féodale et possède une culture agraire et seigneuriale. Comme la plupart des nations Hyboréennes, les nobles occupent l’échelon le plus élevé de l’échelle sociale. La grande majorité des nobles sont liés au roi par le sang ou le mariage. Le roi assigne les terres les plus importantes de Koth aux membres de sa propre famille.

​​Rebelles par nature, les nobles de Koth respectent l’indépendance. Même leurs femmes parlent librement. ​​Koth comprend également une classe de paysans libres qui demeurent dans des manoirs en échange d’un paiement ou de travail. Les paysans libres peuvent laisser leurs biens à leurs fils si le seigneur du manoir approuve.​​

Sous les paysans libres se trouvent les artisans et les fabricants qui vivent également dans des manoirs d’une manière semblable aux paysans. Cependant, un artisan ne peut pas laisser sa propriété à ses fils. A sa mort, ses bien sont vendus si le seigneur approuve l’acheteur. Les revenus de la vente vont au seigneur du manoir.​​

Tout en bas de l’échelle sociale se trouvent les esclaves qui mènent une vie difficile. Les maîtres Kothiens ont le pouvoir de vie et de mort sur leurs esclaves. Les esclaves n’ont absolument aucun droit et aucune protection à Koth.​​

Le commerce et l’économie

​L’économie de Koth est basée sur l’agriculture et la gestion des manoirs. ​​Le blé et l’orge occupent la majorité des cultures et le miel une part importante du régime alimentaire. En outre, les bovins, les buffles d’eau et les moutons constituent l’essentiel du bétail.

​L’exploitation minière joue également un rôle économique. Les mines de cuivre, de plomb, d’argent et de fer sont la propriété de la couronne et sont administrées par des nobles favorisés.​​

Une partie de l’économie de Koth repose sur l’esclavage. Les esclavagistes Kothiens font du commerce d’esclaves à travers le monde. Certains Kothiens se croient si doués pour l’enlèvement qu’ils se rendent à Zamora pour rivaliser avec les autochtones.

​​L’élevage et le commerce en découlant sont principalement axés sur les bovins à longues cornes.​

Koth est également un important producteur de fer. ​​Cependant, l’essentiel de l’économie de Koth repose sur le commerce international et la guerre. Si des ressources spéciales sont nécessaires, le premier réflexe des Kothiens sera d’attaquer le détenteur de celles-ci.

La force armée à Koth

​L’armée de Koth est principalement composée de chevaliers et de cavaliers au visage sombre, bien qu’ils soient soutenus par des lanciers et des troupes de mercenaires, généralement des archers Shémites. Les troupes Kothiennes portent une livrée arborant le casque en or de Koth. La majorité portent des barbes, souvent à la mode shémite.

​​La cavalerie royale se compose des meilleurs guerriers de Koth. Ils ont le meilleur entraînement, les meilleurs armes et les soutiens logistiques les plus sophistiqués disponibles. Leurs membres sont, à juste titre, fiers de leur réputation parmi les chevaliers les plus qualifiés du monde.​​

Bien sûr, les Poitains ne sont pas d’accord avec ceci, mais la distance séparant les deux nations ne donne aucune possibilité de régler ce différend. Chaque membre de la cavalerie royale porte une armure en plaques et un grand casque à plumes colorées. Ils portent de lourdes lances, des épées larges et de grands boucliers au combat.

​​Le fantassin Kothien par excellence est lancier. Géants portant des brigandines de maille et des casques en acier, ces soldats soutiennent les chevaliers. En plus de leurs lances de guerre, ils portent des épées courtes comme arme de secours.​

L’introduction du piquier en Koth a élevé les unités de lanciers vétérans à un statut d’élite dans les milieux traditionnels.​​ Certains soldats Kothiens deviennent piquiers. Structurellement, l’équivalent des hommes d’armes d’Aquilonie, les piquiers Kothiens sont une organisation relativement nouvelle dans l’ancienne armée kothienne. Ils remplacent lentement les lanciers géants, qui dominaient autrefois le champ de bataille. Cette transition ne s’est pas faite sans tension. Les militaires plus âgés sont moins disposés à se battre avec les nouveaux piquiers, les laissant avec de jeunes chefs non-formés ou des capitaines mercenaires.​

Koth n’a pas encore les moyens de doter ses piquiers d’une armure lourde. Au lieu de cela, ils doivent se contenter de pourpoints en cuir et de casques en acier. En plus de leurs piques, ils portent des épées courtes comme armes de secours.

​​La cavalerie Kothienne présente le modèle d’organisation militaire pour la majeure partie de la région. Tout guerrier monté est généralement appelé chevalier de Koth, quelle que soit sa lignée. Les chevaliers nobles font partie de la cavalerie royale. Extrêmement bien équipés, les chevaliers passent la majeure partie de leur temps en formation militaire. Les chevaliers sont entraînés pendant sept ans avant d’être envoyés au combat.​

La dépense engagée pour un seul chevalier est énorme. Heureusement, l’impact d’une charge en masse compense largement. Les chevaliers Kothiens portent une armure en plaques surmontée d’un heaume à visière. Ils portent de grands boucliers, de lourdes lances et des épées au combat.​​

Koth entretient également une cavalerie de tirailleurs à cheval légers appelés spahis. Ils sont souvent envoyés pour explorer des zones et ravager une campagne avant l’arrivée du gros de l’armée.​​

La religion à Koth

​Les Kothiens vénèrent les dieux de Shem et la religion est centrée autour de la redoutable déesse Ishtar, fille d’Anu.

Quand les Hyboréens fondèrent Koth, ils adoraient principalement Bori, mais lorsque la grande révolution religieuse s’installa, Koth fut emporté dans sa ferveur et sa population convertie à Mitra. Cependant, la conversion n’a pas été aussi intense à Koth qu’ailleurs et les Kothiens se sont éloignés, préférant les pratiques débridées et orgiaques des Shémites aux processions majestueuses des mitrans.​​

Les Kothiens ont tendance à représenter des divinités masculines avec des chapeaux pointus, des bottes à bout recourbé et des robes courtes. Les divinités féminines portent des chapeaux carrés et des robes longues et plissées.​​​

Ishtar

En tant que reine des cieux, Ishtar gouverne le cosmos et les étoiles, car ces éléments régissent le comportement humain. Le zodiaque est sa ceinture et la divination est un aspect important de sa religion. La magie, souvent sous forme de charmes ou d’horoscopes célestes, est également exercée par ses prêtres et ses prêtresses. Les lois, dans les pays surveillés par Ishtar, sont une forme de magie et leur violation équivaut à un sacrilège.​

Ainsi, les prêtres et prêtresses d’Ishtar travaillent avec les rois et les reines de Koth, formant les gens à respecter la loi en tant que devoir religieux.​​ Les montagnards de Harangi et les autres montagnards de l’escarpement kothique ont tendance à être chamaniques. Il se dit qu’un chaman aurait arraché son œil et lui aurait consacré un enterrement rituel complet afin qu’il puisse continuellement veiller sur le monde des esprits.​​

Gouvernement de Koth

​A bien des égards, Koth est plus dominé par son roi que les autres nations Hyboréennes, probablement à cause d’influences stygiennes et achéroniennes. Cependant, le roi n’est guère considéré comme une force irrépressible, beaucoup de ses aristocrates étant très rebelles.​​

Le roi de Koth est plus despotique que les rois Aquiloniens ou Némédiens.​

Sous le roi, siège un conseil de nobles mais à part ce détail, le gouvernement de Koth est similaire à celui d’Aquilonie.

Koth est constamment en rébellion, avec des princes et des barons luttant contre le tyran pour le trône. Koth possède un ensemble de près de 200 lois écrites transmises à travers les âges. Celles-ci ont tendance à être de plus en plus humaines, mais la peine capitale est toujours prévue pour le viol, la désobéissance d’un esclave, la destruction de cultures et la sorcellerie.​

Principales caractéristiques géographiques de Koth

Koth est le plus austral des royaumes Hyboréens. Au sud, un ensemble de montagnes abruptes et dénudées formant un escarpement marque l’une des frontières nord de Shem. Ces monts escarpés n’ont que quelques cols. Il y a celui de Shamla à Khoraja. Un seul col mène en Corinthie, par les monts Karpash, au nord, à Zahmahn. Un autre se trouve près d’Eruk, à Shem. Au moins deux autres cols traversent les montagnes jusqu’à Ophir.

Koth est enclavé, il n’a donc pas de ports. Mais c’est une terre fertile. Le Koth occidental est fait de prairies, de forêts, de vergers et de fermes, un pays traversé de rivières et parsemé de lacs.

Les routes de Koth sont rarement longilignes, serpentant généralement en d’incommodes pistes sur les collines et dans les gorges profondes. La plupart de ces routes sont anciennes et n’ont donc pas été construites pour la circulation des caravanes. Au contraire, elles passent près des curiosités locales et des sanctuaires religieux. Par conséquent, voyager à travers Koth prend donc plus de temps que beaucoup ne l’imaginent.

Le Marais infesté

Ce marais se trouve à l’ouest de Koth, près de la frontière argosséenne, à l’ouest de quelques collines boisées et de Suthad. Le marais est à l’origine de nombreuses maladies immondes.

La rivière Khorgas

Elle se trouve dans une vallée étroite et peu profonde qui serpente à travers d’exploitations agricoles. La rivière est bordée de collines escarpées, parsemées des domaines de serfs et ça et là de fortins de petits nobles. La rivière est lente et peu profonde, guéable sur la majorité de sa longueur, bien qu’un tronçon au moins, situé près de Khoraja, soit brisé par des cascades et des fosses profondes. La rivière se mue en ruisseau à mesure qu’elle approche de Khoraja, les collines devenant quant à elle des montagneuses. Une tour militaire carrée se dresse sur celles-ci, à la frontière de Khoraja.

Les Monts kothiens

Ils forment la frontière entre Koth et Shem. On dit que cette série de collines aux escarpements abrupts court sur des milliers de kilomètres après le col de Shamla à Khoraja.

Le Lac salé

Ce lac salé se situe dans la région centrale désertique de Koth. Il est entouré de cactus et d’autres plantes épineuses . Bien que méconnues, les Îles de perle se trouvent sur ce lac long de plusieurs lieues.

Mont Khrosha

L’escarpement kothien, la basse chaîne de collines qui sépare Koth de Shem, s’élève encore plus haut autour du grand volcan Khrosha. La trempe du fer forgé dans cette fosse de feu infernale n’a pas son pareil. Des panaches de fumée s’élèvent régulièrement des foyers du chaudron bouillonnant de ce volcan furieux.

Les Montagnes de feu

Les Montagnes de feu sont les volcans situés le long de l’Escarpement kothien. Mont Khrosha est l’un d’eux. Ils font partie des Monts kothiens.

La Mesa Zamanas

Cette mesa, située le long de l’Escarpement kothien, entre Khoraja et Khauran, est réputée hantée. Il s’agit d’une mesa triangulaire entourée de canyons, dont l’un des flanc fusionne avec la haute crête abrupte de l’Escarpement. La seule voie d’accès tangible est une chaussée pentue, grimpant sur la courbe de la crête. Deux affleurements aux protubérances disproportionnées se trouvent au centre de la mesa. Les montagnards Harangi vivent à proximité, dans des villages aux murs de gypse, surmontés de toits coniques.

Villes kothiennes importantes

Les villes kothiennes sont intéressantes, car leurs plans sont totalement inhabituels. Une forme architecturale typique utilisée par les Kothiens est le hall d’entrée à portique, bordé d’un escalier flanqué de piliers ou de statues de monstres menaçants. Un autre architecture courante est la double entrée à arche en encorbellement, flanquée de part et d’autre de frises, de piliers ou des statues de bêtes.

Daramish

Daramish est une petite ville enlisée au pied des basses montagnes de l’est de Koth. Les femmes s’y habillent de façon extrêmement classique, avec des voiles, des robes amples et des capes.

El-Shah-Maddoc

El-Shah-Maddoc était une ville fortifiée de Koth comptant 12 300 habitants. Elle se dressait au milieu des prairies. Le roi Irham de Syreb la conquit, afin de contrôler les échanges commerciaux dans la région. Elle fut ultérieurement intégralement détruite par une explosion magique.

Khorshemish

Khorshemish, la Reine du Sud, est une cité fortifiée de hautes tours construite sur la crête d’une colline. D’immenses tours encadrent d’imposantes portes. On dit que c’est une ville de merveilles, des portes ciselées à l’or jusqu’au palais lui-même. Les rues sont blanches et larges, entourées de minarets, des magasins, de temples, de manoirs, de manoirs et de marchés. Une sinistre citadelle écarlate, bâtie sur une colline centrale et trop abrupte pour y grimper, surplombe la ville, éclipsant quelque peu les flèches.
Le roi Khossus V l’a fait bâtir sur les d’une ancienne cité, après la chute d’Achéron, il y a plus de 3000 ans. Son premier palais a été construit sur la colline de la Citadelle Ecarlate, mais il l’a abandonné et en a fait ériger un autre, en périphérie. Une seule rue étroite, pavée de marbre et protégée par des grilles en fer, mène à la Citadelle Ecarlate. Il a également déplacé la capitale de Koth à une ville de l’est.
De nombreuses années plus tard, le roi Akkutho Ier décida de fortifier le palais de Khorshemish. Le sorcier Tsotha-lanti fit bâtir la Citadelle Ecarlate sur les vestiges de la forteresse.
Les palais actuels du roi sont situés derrière de grands murs dans de vastes jardins, plantés d’arbres fruitiers et de belles fleurs. On y trouve également des ruisseaux artificiels et des fontaines argentées. Khorshemish compten 44 000 habitants. Une forêt se situe à l’est de la ville.

Korveka

Korveka est une baronnie kothienne, située à la frontière de Khauran. La plupart des Khauraniens pensent que Korveka devrait faire partie de Khauran. La principale production de Korveka sont les melons.

Meshkan

Meshkan est une petite ville tapageuse à 30 milles à l’ouest de Khoraja. Il y a beaucoup de tavernes bruyantes et une vie nocturne haute en couleurs. Le château Vhalken, la demeure du roi de la province, se trouve à une demi-journée de là.

Suthad

Suthad est haut perchée sur une colline entourée de sols fertiles. Suthad a été fondée par les Stygiens avant la chute d’Achéron et son architecture reflète encore les temps anciens.

Syreb

Syreb est une cité-état située dans les landes de Koth. Elle est connue pour son célèbre guerrier, le gladiateur Jahib-Re, qui servit le prince Irham il y a très longtemps. Ses jours de gloire derrière lui, Jahib prit sa retraite et devint le conseiller d’Irham, jusqu’à ce qu’un démon le tue. Le roi Irham est un roi fou, il a attaqué et conquis El-Shah-Maddoc, puis s’est rebellé contre le roi Strabonus.

Tantusium

Tantusium est une cité-état kothienne. La porte principale est imposante, flanquée de deux imposantes tours rondes. Les portes sont faites de bois renforcé de pointes métalliques, sans pour autant que des ouvrages défensifs les surplombent. Un rempart en pierre, construit pour bloquer le mouvement de balancement d’un bélier, force la circulation des caravanes sous les tours. Quand son prince décide de partir en guerre, la ville compte sur des combattants libres et des compagnies de mercenaires pour se battre pour elle. A l’intérieur de la porte se trouve une place entourée d’auberges, d’échoppes et d’ateliers. Les rues généralement pavées sont sinueuses mais certaines sont faites de marches, car la ville est construite sur une colline. L’intérieur de la citadelle est caché derrière une façade de grands bâtiments, ce qui le rend difficile à voir de la rue.

L’Histoire de Koth

Pendant l’Ere Achéronienne, quand cette grande nation partageait des frontières avec la Stygie, les Hyboriens sont venus. La Stygie contrôlait les terres aujourd’hui appelées Corinthie, Koth et Shem. Lorsque les Hyboriens se sont déployés à travers les terres qui deviendraient plus tard la Brythunie. Ils ont été stoppés en Corinthie et y sont restés pour quelques temps. Des vagues d’Hyboriens ont continué à pousser vers le sud et la Stygie leur a permis de faire de Koth, d’Ophir et de la Corinthie ses vassales. Les échanges avec les races anciennes d’Achéron, de Zamora et de Stygie se sont avérés bénéfique pour les Hyboriens, qui ont fait des pas de géant dans l’évolution de leur civilisation.

Finalement, les Hyboriens, peut-être aidés par Achéron et Zamora, ont repoussé les Stygiens hors de plaines et par-delà les montages, à travers Shem et, avec l’aide des Fils de Shem, jusqu’à Kuthchemes, qui a été saccagée. Koth est devenu le souverain de Shem après ces batailles sanglantes. Suite à des événements non attestés, les nouvelles nations de Koth, de Corinthie et d’Ophir devinrent les vassaux d’Achéron. Les Hyboriens ont peut-être attaqué Achéron et ont été repoussés. Peut-être qu’Achéron a simplement usé de son influence. Quoi qu’il en soit, le Koth occidental devint la propriété des rois d’Achéron.

Trois décennies plus tard, les Kothiens, sous le commandement du roi Khossus V, trahirent leurs maîtres et aidèrent les autres tribus Hyboriennes à faire tomber le grand royaume d’Achéron. Cet ancien royaume a été divisé et Koth a retrouvé son indépendance.



Remerciements à Hettyk pour la traduction
Source : JdR Conan Return to the Road of Kings